Il existe 3 méthodes courantes de dressage du chien pour monter la garde :

  1. Se préparer à dresser son chien à monter la garde
  2. Apprendre à son chien à donner l’alerte en aboyant
  3. Dresser son chien à rester silencieux

Un chien de garde ou de sécurité est entrainé exclusivement dans le but de protéger vos biens, votre personne et votre famille. Ces chiens attaquent rarement, mais on leur apprend à utiliser des techniques de mobilisation non agressives. Leur principale mission est d’alerter par des aboiements ou des grognements pour avertir son maitre sur un  éventuel danger, sur des évènements inhabituels ou qu’un étranger tente ou s’est introduit chez dans l’enceinte de la maison. Dresser un chien à monter la garde demande des connaissances techniques approfondies, du temps d’investissement et beaucoup de patience. En contrepartie de cette activité parfois éreintante, vous posséderez  un animal toujours disponible pour vous et serez en parfaite symbiose avec lui dans la vie de tous les jours. Vous protéger, à tout moment et dans n’importe quelle circonstance, d’une menace, est un acquis incommensurable.

 

 Méthode 3

 

Dresser son chien à rester silencieux

Parmi les exigences d’un bon dressage, réside l’exécution parfaite des commandes émises par le maitre à son chien, tels que les ordres d’aboyer et de se taire.

Après la période d’apprentissage de votre chien à aboyer, cette seconde étape consistera à lui apprendre à arrêter de le faire sur commande aussi. En réalité, c’est une nouvelle étape de dressage qui vous permettra de le préparer à apprendre à rester silencieux dès que vous l’ordonnez, même si la situation parait alarmante ou suffisamment excitante pour lui. Il doit rester calme à chaque fois que vous le lui demanderez.

Comme pour l’étape précédente, donnez-lui une récompense à chaque fois qu’il se taira sous vos ordres. A ce niveau, il est donc impératif de connaitre les caractéristiques des ordres :

 

Le choix de l’ordre : Il est vraiment très simple est sympa d’utiliser le mot « chut ! ». C’est celui qui correspond le plus à ce qu’on attend du chien et il a l’avantage d’être court.

Il est bien évidemment permis d’utiliser un autre mot, mais pensez surtout à éviter les mots à tendance négative, comme par exemple « non » ou « stop » qui ont souvent une consonance punitive et donc beaucoup plus utilisés pour réprimander ou arrêter une action en court que pour autre chose.

 

La bonne intonation : L’intonation qui suit l’ordre est aussi important que l’ordre lui-même. Quand vous dites à votre chien « chut ! », cela ne sert absolument à rien de donner cet ordre en l’étoffant d’hurlements et d’agressivité vocale supplémentaire, cela ne fera que traumatiser l’animal qui aura peur. L’ordre intimé lui-même perdra carrément son sens, et ce comportement inapproprié donnera systématiquement lieu à une surenchère interminable qui se transformera en un défi de savoir qui gueulera le plus fort, le maitre ou le chien.

Or, il faut savoir que la dureté de la puissance de la voix ne donne aucun résultat en termes d’éducation. Pis encore, c’est assimilé à une perte de contrôle totalement jouissif pour l’animal. Vous devez donc lui dire « chut ! », phonétiquement « Cht », en abaissant la voix, tout en lui donnant un timbre autoritaire pour ramener le chien au calme et à l’obéissance.

 

Joindre l’ordre au geste : Lorsque vous demandez au chien d’exécuter un ordre précis (par exemple aboyer ou se taire), il est toujours recommandé d’associer la parole au geste, avec un ton exclamatif mais sans autorité sujette à des peurs et phobies. Lorsque le chien s’exécute, félicitez-le par une caresse et donnez-lui une friandise,

Plutôt que tout recommencer plus tard, anticiper et relier l’ordre au geste car les chiens vieillissent et avec l’âge, certains perdent de l’audition. Le geste le plus adéquat, valable même chez les humains, c’est celui de placer l’index sur les deux lèvres fermées pour exiger le silence. Plus tard, vous n’aurez même plus besoin de parler à votre chien, ce simple geste suffira. Mais pensez quand même à alterner pour ne pas qu’il oublie.

 

Il y a plusieurs méthodes pour  apprendre à son chien à ne pas aboyer. Dans le présent chapitre, nous avons sélectionné quatre que vous pouvez utiliser individuellement ou cumulées.

Méthode 1 : Demandez à quelqu’un de sonner à votre porte. Lorsque votre chien commencera à aboyer en réaction à la sonnette, mettez un os, une friandise ou un autre aliment qu’il aime, sous sa truffe. Dès que votre chien s’arrêtera d’aboyer pour renifler sa récompense, dites-lui « Merci » ou « Très bien », puis donnez-lui immédiatement sa récompense.

Répétez cet exercice plusieurs fois de suite, sans toutefois forcer sur ses facultés cognitives, jusqu’à assimilation complète du comportement souhaité.

Vous devez savoir qu’il ne faut jamais crier un chien lorsque vous lui donnez un ordre car vous risquez de lui faire peur, attitude qui l’encouragera à aboyer encore davantage au lieu de se taire.

Ne lui dites pas « Tais-toi » ou « Non » pour lui ordonner de cesser d’aboyer, car ces phrases ont une connotation négative et risquent facilement de traumatiser le chien.

 

Méthode 2 : Elle est tirée directement de la méthode s’apprentissage positive. Si votre chien se met à aboyer puis s’arrête spontanément, profitez-en et dites-lui « chut ! », « chut c’est bien », et récompensez avec une friandise. Il s’agit là d’indiquer à votre chien que lorsqu’il se tait, il obtient quelque chose de très agréable (une friandise). Ainsi, il apprendra à associer le verbe (chut) et l’action respective (silence).

 

Méthode 3 : Lorsque le chien est derrière la porte et qu’il aboie pour entrer dans la pièce, n’allez surtout pas lui ouvrir, au contraire, patientez gentiment qu’il se taise. Une fois le silence rétabli, ouvrez-lui la porte et dites-lui « chut ! », « chut, c’est bien ! ». Directement après ce compliment, récompensez-le avec une friandise.

Dans n’importe quelle phase de dressage du chien, il faudra souvent s’armer de patience, car certains chiens peuvent mettre beaucoup de temps pour apprendre ce qui leur est demandé par leur maitre. Il continuera donc à aboyer un moment avant de comprendre. Mais au fur et à mesure, le finira par exécuter parfaitement bien l’ordre intimé.

 

Méthode 4 : C’est une méthode qui consiste à utiliser une punition dite « négative ». Saisissez l’occasion où le chien ne cesse pas de japper pour attirer votre attention. Si vous réagissez à ce comportement abusif en le regardant, ou en lui recommandant de se taire, vous aurez perdu le but du jeu. Continuez à l’ignorer complètement et continuer votre occupation sans se soucier de ce qu’il fait. Une fois le calme revenu, c’est là où vous devez intervenir pour lui parler et lui dire « chut ! », « chute c’est bien !  » suivi d’une friandise. Puis occupez-vous de lui en le gratifiant de caresses (câlins), en l’accompagnant dans le jeu…puisqu’il réclamait votre attention.

 

Bon à savoir

Notez qu’il est tout à fait possible de provoquer l’aboiement. Exemple, si votre chien a tendance à aboyer quand il entend la sonnette, utilisez ce bruit pour l’éduquer au renforcement positif indiqué plus haut.

 

En alternant entre ces deux commandes, vous pourrez mieux contrôler l’aboiement de votre chien, ce qui est très important lorsque vous souhaitez dresser un chien de garde. Vous pouvez vous amuser en variant le nombre de fois où vous lui ordonnerez d’aboyer et celles où vous lui commanderez de se taire. Votre chien percevra également cela comme un jeu, ce qui rendra vos séances d’entrainement plus agréables pour vous deux.

 

Encouragez votre chien à aboyer au son de la sonnette, même si vous savez qui est à la porte. Il ne saura pas nécessairement qui se trouve derrière la porte, donc encouragez son instinct protecteur et alertez-le lorsque la situation est inhabituelle. Lorsque vous irez ouvrir à la porte, ordonnez-lui de se taire et félicitez-le immédiatement lorsqu’il arrêtera d’aboyer.

Ne l’encouragez pas à aboyer lorsque vous rencontrez un inconnu amical ou neutre pendant vos promenades.

 

Comme pour toutes les activités de dressage, la répétition est nécessaire pour apprendre à votre chien à suivre un ordre chaque fois que vous le lui donnez. Entrainez-vous à lui ordonner de se taire et récompensez-le chaque fois qu’il s’exécutera.

 

Dans la deuxième phase, montrez une récompense à votre chien (sa balle, une friandise ou de la nourriture) et demandez-lui ensuite d’aboyer. Le chien va normalement s’exécuter. Continuez à lui montrer sa récompense et dîtes d’une voix ferme : « Silence ! ». Le chien va se laisser entraîner par son excitation et continuer d’aboyer malgré votre commandement : redites de nouveau : « NON ! SILENCE ! ».

Pour diminuer l’intensité de l’excitation, fermez votre main pour cacher la récompense et répétez en même temps « non silence ! » en lui donnant, avec la main qui n’a pas la récompense, une petite tape sur le museau. Dès que le chien se tait, récompensez-le en lui donnant sa friandise cachée ! Félicitez-le en lui répétant, l’air satisfait et souriant « bien silence ». Recommencez cet exercice plusieurs fois jusqu’à que le chien comprenne l’ordre                                            silence.

Petit à petit, votre chien va apprendre à se contrôler et cesser d’aboyer, même s’il est fortement stimulé par une forte source d’excitation. Il ne tombera plus dans le piège de vos provocations et commencera à bien comprendre la signification du mot : Silence.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here