Un maitre qui vient d’acquérir un chiot peut facilement lui enseigner lui-même les leçons d’éducation. Comme pour  toutes les autres notions, il peut aussi lui apprendre seul la propreté puisque c’est le sujet traité dans la présente fiche. Pour ce faire, il suffit juste d’avoir les bonnes connaissances. La première connaissance est d’utiliser la méthode positive qui consiste à inculquer tout apprentissage, y compris celui de la propreté, sans oser punir ni gronder son chien. Si vous tentez de punir votre boule de poils parce qu’il a éliminé sur le sol de votre maison, vous allez briser le lien de confiance entre vous et votre chiot.

C’est une règle de base très importante. Il ne faut pas l’oublier. L’éducation du chiot à la propreté n’a rien de compliqué et n’est pas difficile à mettre en place, mais nécessite simplement de la persévérance et beaucoup de patience.

Au tout début, le maitre doit être observateur, surveiller les habitudes et les besoins de son chiot et prendre en compte certains paramètres innés. Il doit surtout prendre en considérations 2 paramètres importants correspondant au fonctionnement du chiot:

 

  1. L’âge du chiot

Il faut déjà savoir que, comme pour un nouveau-né humain, le chiot, de 6 à 10 semaines, âgé légal de sevrage et de vente, maitrise mal ses muscles sphinctériens, ce qui se traduit toujours par une incontinence urinaire et fécale. A cet âge-là, il ne peut se contenir qu’environ 1 heure, pas plus. Sa maturité s’effectuera en fonction de l’âge : il ne maitrisera ce réflexe pendant une période de presque 3 heures que lorsqu’il aura atteint 3 mois.

Par contre, à l’âge adulte, il pourra se retenir pendant 8 à 10 heures maximums.

Un chiot aura envie de faire ses besoins principalement à son réveil, après chaque repas et après chaque séance de jeux.

A partir de cette réalité, si vous proposez à votre chiot des sorties à ces moments stratégiques pour lui permettre de se soulager, alors, vous anticiperez d’éventuels incidents.

 

  1. La fréquence et la quantité de nourriture et d’eau

Il faut savoir aussi que lorsqu’un chiot vient juste de manger ou boire de l’eau, il aura inévitablement besoin de faire ses besoins dans les minutes qui suivent. À vous de répondre donc le plus rapidement possible à sa demande.

Ensuite, il faut savoir qu’il existe plusieurs méthodes simples et fiables qui permettent d’apprendre à son chiot à être propre. Nous allons vous montrer une qui donne souvent des résultats encourageants.

 

Règle n°1 :

Apprendre à son chiot « le coin toilette à l’extérieur »

Compte tenu des spécificités relatives au régime alimentaire et au mode de vie du chiot, énumérés dans le chapitre précédent, il faut donc l’accompagner dehors sept à huit fois par jour, aux moments propices, et rester à l’extérieur le temps qu’il faudra pour qu’il fasse ses besoins, de préférence toujours au même endroit pour que des réflexes, conditionnés par association d’odeurs, lui permettent de faire la reconnaissance des lieux et de se soulager régulièrement.

Afin d’encourager et d’accélérer l’acquisition de l’apprentissage de la propreté, il faudra toujours le féliciter par des expressions, telle que « c’est bien, bon chien », le caresser et, pourquoi pas, lui offrir une friandise lorsqu’il termine de faire ses besoins.

 

Règle n°2 :

Apprendre à son chiot « le coin toilette dans la maison »

Délimitez-lui une zone de vie et aménagez-lui un coin toilette à l’intérieur de la maison pour qu’il puisse faire ces besoins. Ce coin-là sera son marquage même pendant votre absence.

Même s’il est déconseillé par la plupart des éducateurs canins professionnels, vous pouvez utiliser la technique du papier journal, d’une manière non abusive, surtout pendant votre absence. Localisez son « coin toilette dans la maison », de préférence devant la porte d’entrée. Déposez plusieurs papiers journaux empilés et encouragez votre chiot à faire ces besoins à cet endroit. Quand vous remplacerez les feuilles de papiers, prenez bien soin d’en laisser une encore humide sur le dessus pour lui servir de repère de par ses propres odeurs.

Si votre chiot urine au sol, en dehors du papier journal, destinez-lui de légères intonations verbales de reproche, prenez le délicatement sans jamais le gronder et ramenez-le dans son « coin toilette ». Sachez que si vous stressez le chiot, il continuera à uriner de peur.

Bon à savoir

Ne jamais nettoyer avec un produit javellisé, c’est une odeur qui les attire et qui motiverai votre chien a refaire ses besoins a cet endroit précis.

 

Règle n°3 :

Délimitez-lui les espace de vie

Les chiots aiment dormir dans des endroits propres. Sachez qu’un chiot n’ira jamais dormir dans un endroit qui est souillé de déjections. C’est pour cette raison qu’il faut délimiter des endroits bien précis, le coin dodo, le coin toilette et le coin des repas.

 

Règle n°4 :

Le nourrir à des horaires fixes avec une alimentation de qualité

Rappelez-vous, nous l’avons évoqué un peu plus haut dans cet article, que les chiots faisaient leurs besoins dans les minutes qui suivent leurs repas. A partir de ce constat, nourrissez donc votre chiot avec une alimentation de qualité, à des horaires réguliers et sortez-le dans la demi-heure qui suit son alimentation pour lui permettre d’être au coin-toilette au moment où il aura envie de faire ses besoins. L’éducation canine est une histoire de principe, de discipline et de rigueur.

Bon à savoir

Il faudra éviter de souvent modifier l’alimentation de votre chiot car, avec des produits alimentaires différents et variés, la digestion n’aura pas la même durée et le chiot ne fera pas forcément ses besoins aux horaires prévus.

Ne pas suralimenter ni sous-alimenter non plus son chiot: adapter les proportions qui correspondent à la race et à l’activité de votre chien. La moyenne est de trois rations quotidiennes égales.

 

Règle n°5 :

Soyez attentif aux changements

Soyez attentif à certaines évènements survenus dans la vie du chiot, tels qu’un changement de domicile, un changement d’alimentation, l’arrivée d’un nouveau membre dans la famille ou d’un autre animal…qui peuvent bouleverser les habitudes du chien, ce qui finira par le déstabiliser et rendre l’apprentissage de la propreté plus ardue.

 

Règle n°6 :

Instaurer une pièce interdite

C’est une notion très importante pour parfaire le conditionnement de votre chiot. Tout d’abord, lors de l’arrivée de votre chiot à la maison, il est recommandé d’élire « une pièce interdite » qui permettra non seulement au chiot d’apprendre à ne pas s’approprier tout l’espace vital, mais aussi et surtout pour s’habituer à votre absence, même lorsque vous êtes encore dans la maison.

 

Règle n°7 :

Ne jamais le punir ou le gronder

Si vous surprenez votre chien en train de faire ses besoins, essayez seulement de lui faire comprendre que ce comportement est non souhaité en lui disant avec rigueur : « non !». Nous avons tous un jour entendu dire que pour se débarrasser de cette mauvaise habitude du chiot à faire ses besoins n’importe où à la maison, il est recommandé de le punir en le prenant par la peau du cou et de mettre le museau dans ces excréments : c’est une erreur monumentale. Ne mettez jamais  la truffe du chiot dans ses déjections car cette pratique est répugnante et avilissante, surtout que l’animal ne comprendra pas du tout pas votre réaction. Il a déjà été dit : il ne faut jamais punir ou même gronder son chien quand il a fait ses besoins sur le parquet.

Lorsque votre chiot fait pipi ou caca au sol de votre maison, vous avez le droit d’être en colère et déçu, c’est légitime et humain, mais vous ne devez en aucun cas le faire comprendre ou le faire ressentir à votre animal en le corrigeant physiquement. Non seulement cette technique choisie ne sert à rien mais elle peut faire plus de mal que de bien, puisqu’elle détruira, d’une part, le lien de confiance établi entre vous deux et installera une peur qui pourra ralentir considérablement le processus de l’apprentissage, d’autre part. 

 

Règle n°8 :

Récompenser les bonnes actions

Retenez bien qu’il est encourageant de féliciter un chiot d’avoir uriné ou déféqué au bon endroit

 

Règle n°9 :

Respectez des sorties ponctuelles

Sortir le chiot après le repas, le repos, le jeu, le matin et le soir : le chiot disposant d’une petite vessie, il faut le sortir toutes les heures. 

 

Règle n°10 :

Restez affectueux avec le chiot

Le chiot est très sensible aux marques d’affection et d’intérêt. L’apprentissage doit se faire donc avec inclination, ce qui facilitera l’enseignement de la leçon.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here